C'est normal

Publié le par GinFizz

Voilà ce que j'ai pu entendre suite à une discussion avec ma chère et tendre, seulement voilà, pour moi ce n'est pas normal.

Mais de quoi veut-il parler ?

Petit retour en arrière et explication, je ne sais plus comment s'est venu mais on est tombé sur une phrase qui est la suivante : 1 mois sans sexe c'est pas normal.
Elle, n'est pas d'accord et pense que suivant certaines circonstances ca peut arriver : maladie, fatigue, stress, etc
Moi par contre, je reste un peu plus « ferme », on va dire.

En effet, pour moi, dans un couple où ca se passe relativement bien il n'y a aucune raison pour qu'il n'y est plus de sexe pendant une longue période, car pour moi 1 mois c'est considéré comme long ! Déjà au bout de quelques jours je me pose des questions ...
Hormis grosse maladie ou très gros soucis, je ne comprendrai pas et je n'accepterai pas d'avoir la sexualité d'un curé.
J'ai eut un couple d'ami qui s'est séparé il y a peu par la suite d'une abstinence de ... 6 mois !! Mais comment peut-on tenir autant ?
Qu'on ne vienne pas me dire que c'est l'amour, etc ... on est pas dans Candy, nous avons tous des besoins et des désirs.

Bien entendu ce fut parfois un sujet de discussion avec quelques demoiselles et couple d'ami et on en venait aussi à la même conclusion : ce n'est pas "normal" dans un couple qui va à priori bien il ne se passe plus rien.

Je pars du principe que si le désir n'est plus présent alors le couple n'est plus uni. Je peux concevoir une baisse de libido mais de là à ne plus avoir de désir pendant 1 mois ! C'est inconcevable pour moi.

Pensez-vous qu'il est possible pour un couple de tenir une certaine durée sans sexe et/ou sans désir ?

Rectification : le message que je voulais faire passer est le suivant car visiblement je me suis mal exprimé.
Je trouve inconcevable que dans un couple l'un et/ou l'autre n'ait plus de désir sans raisons apparentes.
Je ne suis pas non plus niais ni bête au point de penser que si une demoiselle est très malade ou pars en voyage ou autres soucis graves, je vais la quitter sur le champ.
Il y a bien évidement une phase de dialogue pour essayer de comprendre mais si au fil du compte le désir a tout simplement disparu alors le couple n'est plus.

J'espère m'être mieux fait comprendre.

Publié dans Au fil du temps

Commenter cet article

Catioucha 28/01/2008 09:40

"L'expérience m'a montré que beaucoup de couple restent ensemble par confort, pas peur de se retrouver seul, par facilité"
=> nous restons ensemble par amour, et parce qu'on se dit aussi qu'au bout de 4 ans c'est normal d'avoir quelques petites remises en question ;-) Dans notre cas nous voulons la même chose, nous travaillons donc ensemble pour l'obtenir. Il n'y en a pas un qui aime moins ça que l'autre, on veut tout les deux se retrouver, alors on travaille pour que la petite somme de choses qui nous ont rendu l'approche difficile se résorbe petit à petit. ;-) Tu dis "si les discussions ne mènent à rien on change" : parfois les discussions mènent quelque part, mais un tout petit pas en avant. Tout le monde ne change pas les choses radicalement à chaque fois, et parfois vaut mieux avancer lentement ensemble dans la même direction que très vite dans deux directions opposées. Voilà, cette fois j'ai fini d'en parler. :-D

GinFizz 04/02/2008 14:12

Du moment que les discussions donnent un minimum de résultat il faut perséverer.

Catioucha 25/01/2008 10:03

J'ai répondu à tes questions dans l'autre sujet : quand il y a 99% d'osmose dans un couple, ça vaut le coup de se donner du mal, de prendre le temps qu'il faut ? Ou vaut-il mieux abandonner pour une relation où certes les 1% qui manquaient marcheront nickel mais où on aura perdu plus que ce qu'on aura gagné au final ? Sans compter que certes les 1% en question ça peut marcher d'enfer dans la nouvelle relation mais qu'est-ce qui te dit que c'est pas simplement l'effet de nouveauté et qu'au final ça va pas être le bins encore ? Tu lâcherais la proie pour l'ombre toi ? Sincèrement... Si tu sais nettement ce que tu as à perdre mais que tu n'es pas du tout sûr de ce que tu as à gagner... C'est jouer au poker avec ta vie... Non ?

C'est ça qui nous porte et nous motive avec mon homme. On a 99% d'osmose, on est vraiment vraiment vraiment compatibles sur tout. Le reste ça se gère. Dans mon cas j'avais beaucoup de choses autres que mon couple à gérer (divorce des parents mal digéré et autres casseroles) et ce sont ces choses qui ont beaucoup fait dévier notre relation niveau sexe. Au fur et à mesure que je gère tout ça, que je grandis, ça s'arrange. Je me fais aider pour cette démarche, je vois une psychologue, je coupe le cordon ombilical, je deviens autonome, et tout ça c'est grâce à lui. Je serais d'une parfaite stupidité de croire que sans lui j'aurais avancé autant dans la vie et aussi vite. Ca vaut toutes les compatibilités sexuelles de la terre ça. De son côté aussi il a des choses sur lesquels il travaille pour qu'au final l'écart qui s'est creusé entre nous se comble petit à petit. Ce serait injuste que je n'aie pas la patience qu'il a envers moi et que je me barre maintenant après avoir prit tout ce qui était à prendre. ;-)

Sinon je fait juste le constat que toi et moi ne fonctionnons pas du tout pareil, et en tout cas que nos histoires et leur contexte sont très différente. Même si paradoxalement je suis d'accord à 100% avec toi : la fille que j'étais quand je l'ai rencontré était exactement comme tu te décris, si ça marche pas, on zappe. N'empêche que la fille que je deviens commence à remettre sérieusement en doute ce fonctionnement un peu expéditif. Car quand une personne t'apporte beaucoup plus (beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup plus je veux dire) que ce qu'elle ne t'apporte pas, le calcul est vite fait. Pourquoi laisser tomber quand c'est l'homme de ta vie ? Même si "pour l'instant" vous traversez un passage à vide ? Ce n'est qu'un instant dans une vie après tout... CQFD.

Et pourtant je ne suis PAS une nana romantique à la base ;-)

Bref ! Si tu veux en parler plus avant, tu sais où me joindre, mais pour ma part j'ai dit ce que j'avais à dire et je ne veux pas envahir ton blog. Et puis j'ai plus trop envie d'en parler, ma pudeur me rattrape tardivement, hihi !

GinFizz 25/01/2008 11:10

Je suis d'accord avec toi sur le fait que ce n'est pas 1% qui vont me faire quitter une relation qui m'apporte 99% de bonheur, d'épanouissement, etc mais ce qui est pour toi à 1% l'est baucoup plus pour moi ;-)Par contre il est clair que si une relation apporte plus de points négatifs que positifs il faut arrêter.Concernant le fait de partir vers l'inconnu, je préfère justement partir d'une relation qui ne fonctionne pas comme j'ai envie plutôt que de rester enliser à essayer de chercher une solution dont "on" (moi et la demoiselle) a parlé plusieurs fois et qui ne vient pas.Je ne joue pas au poker, je ne vois pas les relations comme ça, c'est peut-être simplifié mais je ne me prends pas (plus) la tête, si ça ne fonctionne pas, si les discussions ne mènent à rien alors faut partir, on trouvera toujours mieux ailleurs, encore faut-il se donner la peine et prendre son courage à deux mains. L'expérience m'a montré que beaucoup de couple restent ensemble par confort, pas peur de se retrouver seul, par facilité, moi non. Ok c'est chiant, c'est triste de se séparer mais j'ai la capacité (il parait que je suis chanceux) de passer très vite à autre chose et d'oublier très vite, quand je lis ou entend que certaines mettent des années à oublier ... c'est à se casser la tête contre un mur, et je vais anticiper en te disant que oui j'ai eut des relations très fortes en sentiment (dont une relation vraiment amoureuse) dans le passé et que ça ne m'a pas empêché d'oublier. Stagner dans le passé ca n'apporte rien de bon.Je vois que ta relation actuelle semble être très forte et que vous progressez ensemble, ca fait plaisir de lire ça :-)Tu "n'envahies" pas mon blog, c'est un espace de discussion :-)

Catioucha 23/01/2008 17:43

"Encore une fois ET dans mon cas, je compte ça en jours et une chose est sure, je n'attendrais pas des mois et encore moins des années en me la mettant derrière l'oreille, si on arrive pas à résoudre le problème de façon efficace c'est que l'on est pas sur la même longueur d'onde et si en plus ca arrive au début de la relation je n'ose imaginer ce que ça donnerai au bout de 5/10/15 ans"

=> j'ai trouvé exactement ce que ça m'inspire : ce n'est pas toujours un problème seulement de rouages ou de longueur d'ondes. Pourquoi cette impression en te lisant que dans ce cas la relation et "juste" comme une machine mal réglée ? Il y a de l'humain là dedans aussi ;-)

GinFizz 24/01/2008 15:19

Oui il y a de l'humain ! Et non, ce n'est pas une simple machine. Mais j'ai des règles, des principes, des envies et des besoins (et je ne parle pas spécialement de sexe là) et ne pas s'en tenir à ce que l'on cherche est la porte ouverte à du grand n'importe quoi et au final une mauvaise relation avec une rupture à la clef.

Catioucha 23/01/2008 17:36

A te lire on dirait que tu ne prends en compte que l'aspect mécanique des choses : la fatigue qui fait qu'on s'endrot sur "l'ouvrage", le stress qui fait qu'on n'a pas "la tête à ça", puis une bonne nuit de sommeil ou un mois de vacances et ça repart ! C'est plus complexe que ça, parce que tout les hommes ne sont pas forcément "tout mécanique" et toutes les femmes ne sont pas forcément "tout spychologique". Et de même il ne faut pas forcément un "drâme" pour en arriver à avoir du mal à exprimer son désir et à se retrouver, mais plutôt des tas de "petites choses insignifiantes" qui s'accumulent et que tu n'as pas vu venir, et qui forme en s'agglomérant un gros problème super complexe à résoudre (comme un noeud qu'on aurait fait avec plein de petits fils super dûrs à démêler). Mais quand le problème est là, certain(e)s préfèrent baisser les bras et arrêter les frais quand d'autres considèrent que ça vaut vraiment plus le coup de tenter d'arranger les choses prendre le pb à bras le corps.

Nous aucun "drame" ne nous a plombés, c'est juste une étape qu'on traverse dans notre vie de couple, une étape longue certes (même si on se "retrouve" une fois tout les mois ou deux mois quand-même je te rassure) mais salutaire parce que c'est l'occasion de voir si on va traverser la crise en en sortant grandis : individuellement et en tant que couple. Et on est près du bout du tunnel !!! Mais je crois que j'ai commencé notre relation en grande flippée de la vie, j'imagine aussi que je n'avais pas du tout la même vision de la sexualité que lui, une vision moins sereine surement, avec trop d'attentes, et surtout surtout j'étais pleine d'images faussées de ce que "devait être" la sexualité "normale" d'un homme de son âge (la norme est notre pire ennemie !!! lol comme j'ai pu le culpabiliser au nom de la sacro sainte norme !!! Le pauvre !). J'étais très mal dans ma peau, pas en confiance avec moi-même et la rencontre de mon homme a fait basculer tout mes repères : il n'a absolument rien à voir avec l'image que je me faisais des hommes, il m'a forcée à dépasser les relations de pouvoir, la domination light qu'il y a dans la plupart des couples, pour arriver à une vraie rencontre, d'être humain à être humain. Mais pour en arriver là il fallait peut-être cette sorte d'affrontement sur la question du sexe. C'est assez paradoxal quand on y pense : un couple où les deux aiment ça et aiment faire ça ensemble, se désirent toujours mais où ils n'arrivent plus à le faire parce que climat est trop lourd, qu'il y a trop de pression sur ça et trop d'attentes (surtout de mon côté la pression, je savais très bien la mettre au maximum, le pauvre) lol !

On s'est petit à petit déconnectés. Lui se faisait plus discret parce qu'il avait j'imagine peur (de me décevoir, de me déplaire, de me perdre ou de ne pas me satisfaire en n'étant pas tel que je le fantasmais), et moi idem avec en plus le fait que je me suis faite plus aggressive, vindicative, parfois mauvaise et pleine d'angoisses (et là cercle vicieux, comment tu sors de l'engrenage quand chaque fois que le désir baisse ta nana te renvoit une image tellement culpabilisante et négative que tu sens le désir baisser encore d'un cran, etc., etc.). Quand la sexualité devient trop difficile et laborieuse à mettre en place, quand elle a perdu son naturel et sa spontanéité, quand elle est teintée de culpabilité, de mauvaises ondes, il faut beaucoup d'amour, de recul et de travail pour revenir aux bases, admettre ses responsabilités respectives et essayer de reprendre à zéro. C'est pourquoi ça met autant de temps à redécoller pour nous, mais je suis très confiante pour l'avenir, et lui aussi ;-) On a une telle qualité de communication, et il a tellement d'humour (il en faut) et de patience qu'on avance vers la résolution de nos problèmes. C'est ÇA qui fait la différence quand on traverse une passe délicate en couple. On est deux dans la même galère, on n'est pas l'un contre l'autre, on doit avancer ensemble en acceptant de ne pas rechercher de qui c'est la "faute" mais en acceptant que certaines choses soient de notre fait (nuance : accepter les faits mais sans se culpabiliser), abandonner dès les premiers soucis c'est vraiment vraiment pas respecter cette histoire et ne pas respecter l'autre ni soi-même.

Sans compter que c'est une occasion de découvrir qu'une sensualité de qualité, de la tendresse et de la complicité peuvent naître et enrichir une relation quand le sexe fait défaut. Notre relation est de la meilleure qualité qui soit, malgré (et même peut être à cause) des problèmes que nous traversons. Il garde la confiance pour deux, je flippe parfois pour deux, mais dans les deux cas on est ensemble et ça se sent chaque jour. Alors décrispe toi sur tes certitudes : tu peux causer et généraliser autant que tu veux, je te parie tout l'or du monde que si un jour ce genre de panne ou de jachère t'arrive et que ça t'arrive dans une relation qui est vraiment épanouissante pour toi comme pour l'autre, tu ne te comporteras jamais comme tu le pensais en théorie. Car sinon, selon la théorie, je serais déjà partie voir ailleurs ! Alors que là, plus on traverse de soucis et plus on se rapproche l'un de l'autre ! Hihi ! :-D

Quand tu dis ça : "Encore une fois ET dans mon cas, je compte ça en jours et une chose est sure, je n'attendrais pas des mois et encore moins des années en me la mettant derrière l'oreille, si on arrive pas à résoudre le problème de façon efficace c'est que l'on est pas sur la même longueur d'onde et si en plus ca arrive au début de la relation je n'ose imaginer ce que ça donnerai au bout de 5/10/15 ans" tu me fais mourrir de rire parce que c'est exactement ce que je dis à mon homme quand je suis en rogne/manque/angoissée ! Je fais pareil que toi : je comptabilise les jours lol ! Et lui dédramatise histoire de rendre ça plus supportable pour nous deux et me fait éclater de rire en me disant "alors en gros si je comprends bien, pour règler le problème, faut "juste" qu'il n'y ait plus de problème... Tadam ! Magique ! Et comment tu fais ça toi ? Héhé !" LOL

Il a raison, je ne sais pas ton âge, je dirais 25 ans maxi, peut-être moins, mais cultive l'humour : dans ce genre de situations c'est ce qui sauve un couple de se tirer dans les pâtes et de s'en vouloir. Tu peux en vouloir à une femme/un homme qui ne te fait pas jouir, mais comment en vouloir encore à celui/celle qui arrive à te faire rire de ce problème que vous traversez ? ;-)

Nous ça fait 4 ans et demi qu'on est ensemble, un peu plus d'un an qu'on galère à se reconnecter, mais on s'apporte tellement en dehors du sexe que ça n'est qu'un minuscule problème, relativise ;-)

GinFizz 24/01/2008 15:16

Je parle "mécanique" juste quand ca peut l'être, comme une question de fatigue et puis perso je n'ai jamais été fatigué pendant 3 mois et en stress pendant 6 mois.Quand je lis que vous vous "retrouvez" tous les 2 mois, je sais que je ne veux pas ça et je sais aussi que je serais parti. Un problème doit se rédoudre efficacement et rapidement.Je veux bien prendre le temps d'expliquer avec la personne concernée mais je répète pas 2 fois. Je ne vais pas m'amuser à me torturer la cervelle pendant 10 ans avec une personne sans savoir ce que ca donnera.Je vais peut-être paraître pas du tout romantique mais c'est ce que je pense, je ne crois pas en l'âme soeur et toutes ces choses, il y a tellement de personnes, tellement de caractères, de personnalités différents que si ça ne fonctionne pas avec une, et bien tant pis c'est que ça devait s'arrêter et on trouvera surement mieux après. A quoi bon en baver pendant longtemps si on arrive à trouver mieux et sans en baver. Je ne prend pas les gens et les relations comme des consomables, loin de là, je vais jusqu'au bout de la relation à chaque fois mais quand tu arrives au bout et que malgré ça ne fonctionne pas alors faut arrêter.J'ai l'impression que tu as une certaine différence d'âge avec ton homme. Tu pourrais préciser ce que tu attendais avant et pendant cette relation ? (en terme de sexualité)Par contre je t'assure que si un jour je commence à traverser une période d'abstinence, je discuterais une fois, puis deux, voir trois mais après je ferais mes valises et salut ! J'ai eut ma doute de discussions sans fin, de problèmes sans solution, de demoiselles névrosées, indécises et j'en passe.C'est difficile pour moi de te donner un avis car je ne connais que très peu la relation que tu vis actuellement.Concernant mon age, c'est indiqué en cherchant un peu ;-)Et l'humour, je pense ne pas trop en manquer pour désamorcer certaines tensions parfois, j'en connais une qui pourra confirmer ;-)

Catioucha 23/01/2008 11:54

C'est beaucoup beaucoup beaucoup plus complexe que ce que tu sembles croire, la question n'est "est-ce que le couple peut exister sans désir" mais plutôt "est-ce que le couple existe", tout court.

Je suis très très intéressée par les remarques d'Ondes Sensuelles qui pose très intelligemment le débat ! Et tu me sembles en effet assez jeune dans ta manière de voir les choses...

Je parle d'expérience car on traverse avec mon homme une sorte de crise de ce genre qui dure depuis plus d'un an, et c'est toujours beaucoup plus complexe que "il ou elle ne me désire plus, que faire ?". C'est une affaire de rythme (est-il du matin alors que je suis du soir ?), une affaire de stress et de fatigue aussi, au bout d'un moment c'est juste des trains qui se râtent, qui n'arrivent pas en gare pour la correspondance, si tu vois ce que je veux dire.

Mais n'empêche certains voyageurs ont toujours envie de se donner rendez-vous et de persister. Et ce n'est pas toujours l'homme qui a la libido la plus demandeuse ou la femme qui aime le moins faire ça. C'est très réducteur de généraliser ainsi. Il y a aussi des hommes qui ont besoin de plus d'amour et de confort affectif pour envisager sereinement le sexe, il y a des gens qui mettent parfois plusieurs années à câler leurs rythmes, parce qu'au début tout marche et qu'on ne se pose pas de questions, ça ne veut pas dire qu'on ne prend pas de mauvaises habitudes ou qu'on n'interprête pas de travers les désirs de l'autre, et au fur et à mesure les choses deviennent de plus en plus compliquées à mettre en place. Dans ce cas, changer de partenaire est valable si c'est l'amour et la confiance qui en ont prit un coup, si on se retrouve à éprouver de la rancoeur ou des sentiments négatifs pour l'autre. Mais si les deux ont envie de s'en sortir, sans que ça soit ni la faute de l'un ni la faute de l'autre, sans chercher de coupable mais juste en cherchant à se "retrouver", alors là ça peut vraiment valoir le coup de supporter ce genre de passages à vide. Même si ça doit durer plusieurs mois/années : la confiance n'est pas toujours quelque chose de facile à retrouver, et pour la sexualité, il faut avoir trois fois confiance : en soi, en l'autre et en le couple ("nous"). C'est trois entités à réconcilier, à câler niveau rythme, à appaiser, à câliner, avant d'espérer pouvoir aller plus loin.

Et sérieux, un mois, c'est vraiment vraiment rien. Après tout dépend si c'est toi qui contrôles ta libido ou si c'est elle qui te contrôle. en tout cas je peux te jurer que culpabiliser l'autre à coups de "c'est pas normal, ça fait déjà 2 mois sans rien", c'est hyper mauvais pour faire redémarrer les choses. Je le sais : j'ai pratique la culpabilisation à outrance ;-)

GinFizz 23/01/2008 13:50

Deuxiéme commentaire très complet, ca fait plaisir à lire.Je suis peut-être assez jeune en terme de longues relations, là dessus je ne peux pas le nier, par contre je ne pense pas être jeune en terme de relations (tout court) mais c'est un autre sujet ;-)Et ben ... une crise depuis plus d'un an ... vous avez de la patience et du courage ! Mais comment explique tu qu'une crise peux durer aussi longtemps ? C'est bien plus qu'un simple "il est du matin et moi du soir" non ? De même que le stress et la fatigue, ca dure quelques jours et après ca repart. Perso je ne peux pas comprendre qu'on puisse être stressée ou fatiguée pendant 1 mois, mais bon.Je ne veux pas être réducteur sur les rapports homes/femmes mais force est de constater que parfois il y a des cas que l'on retrouvent fréquament.Quand tu dis qu'il faut parfois plusieurs mois ou même années pour retrouver de la confiance, je me demande bien quel drame peut autant la plomber. Encore une fois ET dans mon cas, je compte ça en jours et une chose est sure, je n'attendrais pas des mois et encore moins des années en me la mettant derrière l'oreille, si on arrive pas à résoudre le problème de façon efficace c'est que l'on est pas sur la même longueur d'onde et si en plus ca arrive au début de la relation je n'ose imaginer ce que ça donnerai au bout de 5/10/15 ans.Contôler la libido, je pense que c'est un peu soi même et avec l'autre tout de même que ca marche, c'est comme un flux qui ne doit pas cesser de tourner, de circuler.Par contre, dire à l'autre que l'on n'est pas satisfait, je pense que c'est normal de le dire, sans forcément le montrer du doigt et menacer d'aller ailleurs. C'est mieux que de faire genre totu va bien et un beau jour faire ses valises. Tout est une question de diplomatie et surtout d'ouverture d'esprit (et ne pas se barrer dans les toilettes en grognant (ceci est une petite blague personelle sortie du contexte ^^)).