La, la parano (3)

Publié le par GinFizz

Un soir alors que je rentrai du boulot, je décide de vaquer à mes occupations, je me connecte après avoir manger, je me fais incendier car je ne me suis pas connecté en rentrant, elle stressait, pensait qui m'était arrivé quelque chose de mal ou même que j'étais parti avec une autre. Je lui explique calmement que c'est faux, que j'avais simplement des choses à faire, tout va bien vu que je suis là.

Lors d'un week-end je dois passer mon dimanche avec des amis afin de faire de la mécanique, grosse journée qui commencera à 10h pour se finir à 21h, entrecoupée d'une pause pour manger. Le soir venu, je suis lessivé, je me connecte tout de même, l'accueil est des plus désagréable, en effet je lui avait dit que je lui enverrai quelques sms dans la journée mais je n'ai vraiment pas eut le temps, étant sous une voiture, les mains noires d'huile et autres saletés. Mais je conçois quand même qu'elle a raison et que je n'ai pas envoyé de  sms. Je m'en excuse d'ailleurs.

Les jours passent; moments à deux toujours agréables, discussions, rigolades et moments intimes; moments séparés toujours parsemés d'explications comme quoi je n'ai des vues sur personne.
Un jour, elle me dira avoir du retard, chose plutôt stressante surtout qu'elle avait la fâcheuse tendance, à parfois, oublier de prendre sa pilule, je lui avais d'ailleurs proposé de m'habiller de latex si besoin. Nous patientons. Ayant déjà vécu ça, je sais à quoi m'attendre.

Un autre dimanche mécanique est prévu, je lui promets de lui envoyer deux ou trois sms.

Le dimanche arriva, comme prévu et comme d'habitude la journée fut bien chargée et épuisante, surtout que cette fois-ci il fallait absolument finir sous peine de rentrer sans voiture ! Malgré tout je trouve le temps entre deux coups de clé à molette de lui envoyer des messages en lui demandant si elle va bien.

La journée terminée, je peut partir non pas à pied mais en voiture, ouf. Arrivé chez moi et sur MSN, je me fais à nouveau incendier car j'aurai pu l'appeler et envoyer encore plus de sms, cette fois-ci je lui fait remarquer que j'ai tenu ma promesse et que je n'avais vraiment pas le temps ! La discussion devient très houleuse et ça commence sérieusement à m'agacer. Nous nous quittons en froid.

Que faire ?

Première hypothèse : elle n'est pas enceinte. On respire.

Deuxième hypothèse : elle est vraiment enceinte, cette grossesse n'est pas désirée, il faudra avorter, nous nous étions mis d'accord sur la protection et dans mon cas je n'aurai jamais oublié le préservatif. Dans le cas où elle n'en fera qu'à sa tête, je serais obligé d'assumer et même si il n'est pas désiré je ferais mon possible pour aider au mieux la mère et notre enfant, je ne ferais pas parti de ceux qui s'enfuit.

Dans les deux cas : dois-je rester avec une fille aussi paranoïaque, qui pense que je vais ailleurs et surtout qui, bien qu'on lui donne ce qu'on peut, en veut dix fois plus à chaque fois et ne prendra pas la peine d'apprécier les efforts. Bien qu'il y est eut discussion à propos de ça, elle continue et accentue. C'est décidé, ce n'est plus possible de vivre une relation étouffante comme ça, surtout que cela ne fait qu'un peu plus d'un mois, qu'est ce qua ça sera dans un an ?! De plus je ne supporte pas le manque de confiance malgré les preuves irréfutables que je suis honnête et sérieux avec elle.

Le lendemain je lui fais part de ma décision d'arrêter notre relation. Elle ne supporte pas ma décision, elle prétend que bien entendu c'est son hypothétique grossesse qui est la raison de mon départ, ce qui est faux bien entendu.
Nous nous verrons le soir même. Elle ne se gênera pas pour déblatérer bon nombre de choses fausses, blessantes et insultantes. Elle s'en va, aux bords des larmes devant moi, elle éclatera en sanglots dans sa voiture. Vu son comportement, je ne bougerai pas d'un millimètre.
Quelques jours après je recevrai un mail de sa part me disant qu'elle a à nouveau ses règles, on respire. Je peut donc tirer un trait définitif…

Tout du moins c'est ce que je croyais jusqu'à un autre mail quelques jours plus tard me disant qu'elle ne peut plus vivre comme ça, qu'elle est stressée, qu'elle ne dort plus et me demandant de passer un test de dépistage. Je reste immobile devant son mail, poliment et sèchement je lui promets donc de le faire, je téléphone dans la journée à un centre de dépistage, rendez-vous pris, je passe le test de façon non-anonyme, une semaine après je reçois les résultats bien entendu négatifs, tout va bien. Tout juste rentré je scanne les résultats avec mes coordonnées complètes en en-tête, voilà pourquoi je ne voulais pas faire ce test de manière anonyme. Une fois scanné je lui envoi par mail, j'hésite puis finalement je complète mon mail par mon avis sur les valeurs d'une relation de couple, la confiance que l'on doit avoir envers l'autre, les concessions que l'ont doit parfois faire sans tout sacrifier non plus. Je lui fait part aussi de son comportement totalement étouffant, insultant et blessant, comme si je pouvais avoir des rapports sexuels sans être sur à 100% … c'est hors de question pour moi !! Je ne courrai aucun risque, déjà pour moi et pour les autres. Mon message sera très incisif et acide.
Je lui préciserai que je n'attendrai pas de réponse de sa part et qu'elle en fait plus parti de ma vie et que je ne fais plus parti de la sienne. Je n'aurai aucune réponse.

Nous sommes en Mai 2006.

Publié dans Gent féminine

Commenter cet article

Blanche 13/07/2006 07:19

C'est tout à fait ça, Grr a raison. Cette pauvre fille doit se faire soigner et arrêter d'embêter les gentils garçons !! D'après ce que tu racontes Max, tu as tout fait comme il fallait. Tu as bien fait de la larguer, dommage que tu sois tombé encore sur une bizarre. Bises.

GinFizz 13/07/2006 10:40

J'essai de raconter le plus objectivement possible.Comme tu dis ... "encore une bizarre" ...Bises

Grr 13/07/2006 00:43

T'as l'air d'être un mec bien qui ne joue pas avec elle. Je ne comprend pas sa réaction, faut qu'elle aille se faire soigner la pauvre.

GinFizz 13/07/2006 10:39

Le truc c'est qu'on me le dit souvent que je suis un mec bien et en toute modestie je ne pense pas etre mauvais ou malsain mais bon.Je n'ai jamais joué ou profité des demoiselles que j'ai fréquenté, c'est pas dans ma nature et je voudrais pas que ca soit l'inverse.