Ly, la princesse (3)

Publié le par GinFizz

Le lendemain point le bout de son nez, j’attends de la voir connectée. La voilà, elle vient me parler de suite, ça fait plaisir de voir que quelqu’un pense a soi.
Tous les deux échangeons quelques mots, quelques phrases, toujours cette bonne humeur. Cette joie de discuter ensemble.

Le temps passe, je dois rentrer, elle sera connectée et espère que l’on discutera, moi aussi.

Bien entendu je m’empresse de me connecter (moi impatient ? …), elle est là et a déjà envoyer un petit mot gentil. Un petit souffle chaud parcours mon esprit.

Elle savait que j’avais une Webcam, elle me demande de la mettre sans trop de politesse, je lui fais remarqué poliment. Elle me (re)voit enfin, elle est contente et me le fait savoir.

Apres moult discussions diverses et variées, nous convenons de nous revoir bientôt, le lendemain soir sera très bien. L’envie est bien là.

Je dois m’absenter quelques temps … à mon retour elle me demande encore d’une façon un peu incorrecte la Webcam, je veux bien être content de la mettre pour lui faire plaisir mais on peut demander çà poliment, passons.

La conversation se termine et on pense déjà à demain soir. Bises et politesse de rigueur, nous nous disons au revoir et à demain.



La journée passe, quelques discussions plus tard l’heure et le lieu du rendez vous est fixé.
La même route, les mêmes sorties, les mêmes virages mais la joie d’aller la voir est plus grande.

J’arrive (toujours à l’heure), elle arrive (toujours aussi ravissante). Son sourire me réjouit, je lui retourne. Nous sommes contents de nous revoir ça ne fait pas de doutes. Direction un pub sympa.
Ca se passe toujours aussi bien voir mieux, elle me fera remarquer qu’elle ne savais pas trop quoi penser la dernière fois, il est vrai que je ne lui ai pas sauté dessus et que j’ai tendance a être un peu réservé, je le suis beaucoup moins ce soir là, elle l’apprécie.
Nous ne nous quittons pas des yeux, je passerais des heures à la regarder, je bois ses paroles, ses sourires, ses rires, elle en fait de même, on se sent bien, les autres autour de nous n’existent plus. Rapprochement. Séduction. Nous continuons dans la même allure.
Sa main vient prendre la mienne qui ne s’était égarée malencontreusement pas loin de la sienne …

Ly :
-    Tu as les mains froides
Moi :
-    Et toi chaudes, ça tombe plutôt bien

Sourire échangé, je prends son autre main, toute aussi chaude et douce, les miennes ne tarderont pas à se sentir très bien, comme son propriétaire.

Nous décidons de partir, le temps pour moi de régler, nos mains se retrouvent pour notre plus grand plaisir. Mon bras s’enroule autour de son épaule, le sien vient se coller à ma taille. Le chemin vers la voiture passe trop vite.
Le temps de démarrer et de trouver un rythme de croisière, nos mains se retrouvent.
Elle me signale tout de même qu’elle pensait que ma voiture allait plus vite. Chose amusante car je ne suis pas un habitué à conduire comme un taré et puis je n’aime pas flamber mais je répond a sa remarque en appuyant la pédale de droite, ça la fait marrer et moi par la même occasion. Reprenons notre rythme plus cool mais un peu plus appuyé.

Nous sommes arrivés devant chez elle, nous discutons encore et encore, il faut se dire au revoir.
Quelques centimètres nous séparent. Ma main caresse son visage, j’appose mes lèvres au coin des siennes, son regard veut autre chose, moi aussi, nos lèvres se touchent, se caressent. Me voilà propulser sur un petit nuage de coton, un frisson chaud parcours mon corps serré contre le sien.

Chacun de nous doit rentrer, elle se lève tôt le lendemain et j’ai le chemin du retour mais nous restons l’un contre l’autre. Nos lèvres toujours soudées. Délicieux, c’est si doux, chaud, tendre, comment s’arrêter.

A la suite d’une petite pause, nous rediscutons le sourire aux lèvres mais bien plus proches et elle me dit la chose suivante « tu sais moi un chéri je le vois maxi deux heures par semaine ». Je reste sur mes deux pieds à réécouter la phrase dans ma tête et me demander si je n’ai pas rêvé, non non elle me le répète à ma demande. Je redescends de mon nuage, je ne m’étais pas rendu compte à quel point le sol était dur.
Ca coince.
Je lui explique que moi c’est impensable, elle essaie de me comprendre mais m’explique qu’elle n’a pas beaucoup de temps, je lui ré explique que ça va poser un soucis. Elle me comprend quand même, on verra ce que ça donne dans le futur.

Nous nous quittons après un long baiser, toujours aussi tendre et doux. Je reprends de l’altitude.

Le chemin de retour est plus long qu’avant, les pensées, les réflexions se bousculent, sera-t-on capable de trouver un juste milieu ?

La suite au prochain épisode.

Publié dans Gent féminine

Commenter cet article

céline 05/07/2006 23:25

Bah je sens que ça va dégénérer ! On sent que tu veux nous la présenter comme une légère chieuse... Est-ce que ça va se confirmer ? Je cours lire la suite ! :)

GinFizz 06/07/2006 01:51

Je pense que la lecture de la suite te confirmera tes pensées ! ^^Je la présente surtout comme elle est, tout comme les autres, j'essai d'etre le plus honnete possible.

Maylis 20/06/2006 23:05

la rencontre prenait une tendre allure jusqu'à cette phrase reçue par lui tel un uppercut :-(( comment à l'âge de miss Ly, que j'imagine relativement jeune, on peut assenner de telles conneries à une liaison à peine balbutiante? dommage! vraiment!

GinFizz 22/06/2006 09:40

Maylis, cette demoiselle avait 23 ans.Sa vision de l'homme ou plus du prince de conte de fée fut déjà un point négatif, mais ses caprices étaient vraiment de trop.

ZesteDeCitron 20/06/2006 00:30

Non c'est sur ça ne fait pas forcément plaisir!

ZesteDeCitron 20/06/2006 00:22

Quand elle t'a dit qu'elle ne voyait son "cheri" que 2h par semaine

GinFizz 20/06/2006 00:23

Ok, tu m'as fait peur.Ben sur le coup j'ai pas rigolé ... :-/

ZesteDeCitron 20/06/2006 00:07

J'ai pouffée de rire tu m'excuses ? ... je la sens bien partie cette histoire ...

GinFizz 20/06/2006 00:20

Pouffée pour quelle raison ?